A NPP DU NEUF POUR LES GENDARMES

En fonctionnement depuis le mois de novembre, la nouvelle caserne de gendarmerie de Neuillé-Pont-Pierre a été inaugurée et baptisée hier.

 De la pluie et du froid, hier matin, pour l’inauguration et le baptême de la nouvelle caserne de gendarmerie de Neuillé-Pont-Pierre, opérationnelle depuis le mois de novembre.

Si le projet est né une première fois en 2001, il a vu concrètement le jour en 2014, porté par le conseil syndical de Neuillé-Pont-Pierre qui a racheté, l’an dernier, le terrain acquis par la commune en 2005 à cet effet.

Dans un espace fonctionnel et clair, les huit gendarmes de la brigade sont désormais en situation d’accueillir au mieux le public (bureau des plaintes, chambre de sûreté…) et de travailler dans de très bonnes conditions.

Tout à côté, les logements (gérés par Val Touraine Habitat), adaptés aux sous-officiers et aux gendarmes volontaires adjoints. Depuis novembre, les gendarmes sont ainsi les voisins directs des sapeurs-pompiers, dans la zone artisanale des Hautes-Nongrenières.

Une gendarmerie flambant neuve qui se veut cependant porteuse de mémoire. En effet, la nouvelle caserne porte le nom de François Bourlès, comme l’indique la plaque dévoilée hier matin par deux de ses petits-enfants, Françoise et Jean-Michel Bourlès.

François Bourlès, né en 1906 au cœur du Finistère, intégra la gendarmerie en 1932. Le 1er juin 1941, il rejoint la brigade motorisée d’Abilly. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, il refuse d’exécuter les ordres allemands et prépare, en parallèle, la formation d’un groupe de résistants qui ne verra cependant pas le jour.

Article paru sur la Nouvelle République du samedi 31 janvier 2015 :

Petit alinéa : Dommage encore, en tant qu’habitante de Neuillé Pont pierre,  nous n’ayons pas été averti que cette inauguration avait lieu. Une petite info en prospectus aurait pu nous alerter et être faite !!!

L’ELECTROLETTE

Depuis le début de la semaine et jusqu’au samedi 21 mars, la galerie marchande de Super U accueille une superbe exposition de véhicules anciens aux carrosseries rutilantes, très rares, dont la plupart des marques ont aujourd’hui disparu.

Le clou de cette exposition est sans nul doute l’Electrolette Type A, la voiture électrique fabriquée en 1941-1942 dans les ateliers des Etablissements André à Nice. A l’heure où on vante la voiture électrique comme une découverte récente, on peut apprendre que l’Electrolette, avec un moteur de 1,5 CV alimenté par 8 batteries de 6 volts, d’un poids de 230 kg pouvait transporter deux personnes à une vitesse moyenne de 25 km/h, avec une autonomie d’environ 100 km. Ce véhicule d’époque, aujourd’hui oublié, a monté la côte de la Corniche (une rampe à 14 %) à une vitesse de 17 km/h.

Dix autres bijoux d’époque sont également présentés, parmi lesquels on peut citer une Berliet Double de 1911, une Donnet de 1934 (devenue Simca et Fiat en 1936), ou encore la marque tourangelle Rolland Pillain avec sa Torpedo de 1925.

A voir jusqu’au samedi 21 mars, avec possibilité de se faire photographier dans l’Electrolette !

voir article nr ici : http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Communes/Neuillé-Pont-Pierre/n/Contenus/Articles/2015/03/13/La-voiture-electrique-existait-deja-en-1941-%21-2255023

LA MAIRIE

La mairie est située dans le centre bourg près de la rue du commerce et à côté de l’église. Elle possède un monument aux morts.

« Ce monument a été inauguré le 9/11/1919 sous la présidence de monsieur le Ministre de l’instruction publique, Monsieur René BESNARD ancien ministre, Monsieur DUCAUD préfet d’Indre-et-Loire, Monsieur PROUST député maire de Neuillé Pont Pierre, conseiller général, Georges DELPERIER sculpteur ».